Lyon-Turin, un projet à rejeter ?

Pièces à conviction : Lyon Turin autopsie d’un scandale annoncé

COP 21, Des trains de marchandises si nécessaire

Le nouveau livre

Les réseaux déraillent

Daniel Ibanez - Les réseaux déraillent Les réseaux déraillent - 4eme de couverture
A commander chez l'éditeur : Timbuctu


Lyon-Turin : le livre

Trafics en tous genres

Trafics en tous genres
Vient de paraître aux éditions Timbuctu, un essai de Daniel Ibanez : "Trafics en tous genres".
Daniel Ibanez, 56 ans, économiste des Procédures collectives (redressements et liquidations judiciaires), dirigeant d’un cabinet de conseil, s’est intéressé au dossier de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin à l’occasion de l’enquête publique ouverte en janvier 2012.

afficher plus

Se procurer le livre dans une librairie


La liste des librairies

Se procurer le livre en ligne

Chez l'éditeur

Actualité

Lyon-Turin : le scandale prend de l’ampleur

Quelques jours avant que les deux chefs d’État, François Hollande et Sergio Mattarella, se retrouvent à Paris, le 24 février, pour le sommet annuel franco-italien, un nouveau document révèle l’ampleur des conflits d’intérêts touchant le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse entre Lyon et Turin.

La commission en charge d’une enquête publique sur le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse (LGV), entre Lyon et Turin, qui nécessite le percement de nombreux tunnels, dont l’un transfrontalier de 57 kilomètres, Réseau ferré de France (RFF) et sa filiale Lyon Turin Ferroviaire (LTF), chargée de construire le tunnel ferroviaire transfrontalier du Lyon-Turin, sont au cœur d’un scandale à la mesure d’un dossier estimé à plus de 26 milliards d’euros, selon la Cour des comptes.
Non au Lyon Turin
Lire la suite chez Politis   Lire notre communiqué

Le film Film en français

Il film film italiano

The film English movie

Imaginé dans les années 80, le projet d'une nouvelle ligne entre Lyon et Turin s'inscrivait dans les nombreux développements de lignes à grande vitesse avec une priorité voyageurs.
Il a été intégré dans les projets d'interconnexions européens ce qui lui permet de prétendre à un financement de l'Europe.
Après l'accident du tunnel du Mont Blanc en 99, ce projet a connu une nouvelle dynamique et a été orienté vers une priorité fret, tout en conservant sa version voyageur avec une desserte, de Lyon aéroport Saint Exupéry à Chambéry.
La forte augmentation du nombre de poids lourds dans la vallée de la Maurienne due à la fermeture du tunnel du Mont Blanc et celle constatée jusqu'en 1994, justifiaient la création d'une infrastructure ferroviaire permettant d'absorber le transport routier des marchandises, polluant et dangereux.
Les nombreuses études concluaient toutes à un niveau de trafic en forte croissance, avec pour conséquence la saturation de la ligne existante ne permettant pas d'accueillir les 80 millions de tonnes de marchandises prévues entre la France et l'Italie pour 2010.
Qu'en est-il en 2013 ?

Lyon Turin à tout prix ! Par Réseau agriculture FRAPNA.

Actualité

Daniel Ibanez est attaqué en justice par les promoteurs du Lyon-Turin. Daniel est attaqué par LTF (Lyon-Turin Ferroviaire, le maître d’ouvrage du projet) pour injure publique. Tout les détails sur le blog du commité de soutien
Venez le soutenir le vendredi 11 juillet, jour de l'audience, à 10 h sur la place du palais de justice de Chambéry.

Ce site internet de l'opposition au projet de nouvelle ligne à pour but de partager et mettre à disposition de celles et ceux qui le souhaitent, toute la documentation collectée et qui démontre preuves en main l'absence d'utilité publique de ce projet.
Vous y trouverez tous les communiqués de la Coordination des opposants au Lyon Turin et les documents que ce soit sur les coûts, sur l'emploi, sur les trafics réels ou supposés.
Vous trouverez également les analyses que nous avons pu réaliser sur la base des documents et des chiffres réels et des propositions d'évolutions notamment technologiques.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'information, pour organiser des réunions d'information ou des débats.

Ils nous vendent le Lyon Turin :

Qu'ils donnent leurs garanties personnelles.

Ils annonçaient 371 millions pour les reconnaissances, ils ont dépensé plus de 900 millions sans les avoir terminées.
Ils annonçaient 12 milliards pour la totalité de la nouvelle ligne, la Cour des Comptes en annonce plus de 26 milliards (valeur 2010).
Ils annonçaient 60 millions de tonnes de marchandises dans les Alpes en 2012 (Assemblée 13/01/2002), il en passe 23 millions et le tonnage est en baisse continue depuis 1994.
Ils annonçaient 2,5 millions de camions par an (Mont-Blanc et Fréjus), il en circule la moitié. C'est moins qu'en 1988 !
Ils annonçaient qu'ils feraient passer 300.000 camions par la voie ferrée existante modernisée, les travaux ont été réalisés il n'en passe que 27.000 en 2012.
Ils annonçaient la saturation de la ligne existante en 2010, elle n'est utilisée qu'à 17% de sa capacité.
Ils annonçaient que la ligne serait en service en 2012 (Jean Claude Gayssot le 13 janvier 2002), s'ils l'avaient fait, nous serions en train de payer les pots cassés !

Rien de ce qu'ils ont annoncé ne s'est réalisé !

Maintenant ils annoncent 22 milliards malgré les coûts constatés par la Cour des Comptes ou en Suisse !
Maintenant ils annoncent qu'il y aura 80 millions de tonnes de marchandises dans les Alpes.
Maintenant ils annoncent plus de 3 millions de camions par an en 2035 !
Maintenant ils annoncent que pour augmenter le nombre de camions sur le train il faut acheter des wagons et que ce n'est pas pour demain !

Maintenant ils annoncent que la pente (jusqu'à 3%) les empêche d'exploiter, mais à Gibraltar ils en prévoient une avec 3% sur 17 km, les Suisses transportent sur leur ligne historique 17 millions de tonnes et nous 3 !

Maintenant ils annoncent encore la saturation mais ils ont effacé que c'est un préalable indispensable !
Maintenant ils annoncent qu'ils n'ont pas évalué les péages des voies ! ….

Le Lyon-Turin c'est la porte ouverte à tous les abus,

  • les prix des appels d'offre sont dévoilés à l'avance !
  • Les prix dérivent sur les chantiers et se multiplient par 3.
  • La main mise des grands du BTP, ….

Maintenant ils reconnaissent que « les entreprises locales ne seront pas directement concernées par les travaux.... » (Dauphiné du 27 avril)

Maintenant ils reconnaissent que ce sera entre 1.000 et 2.800 emplois au plus fort, mais en faisant appel à la sous-traitance extérieure comme sur tous les autres grands chantiers.

Maintenant ils reconnaissent que ce sera une exploitation privée garantie par les contribuables.

Ils veulent le Lyon-Turin à tout prix ?

Qu'ils donnent leur patrimoine en garantie, et pas celui des contribuables !

Coordination des opposants au Lyon Turin
Contact@LyonTurin.eu

Liens utiles

S'abonner à la lettre d'information


Nous ecrire

Contact@LyonTurin.eu